Les 12 huiles essentielles à toujours avoir dans son placard
Beauté Healthy Lifestyle

Les 12 huiles essentielles à toujours avoir dans son placard

Vous savez sans doute déjà à quel point ces petits flacons sont puissants, et depuis peu, ils font partis intégrante de mon quotidien. Je vous propose donc un petit tour général avec quelques notions de base ainsi qu’une présentation succincte de mes huiles essentielles préférées qui vous permettront (je l’espère) de mieux les connaître, et éventuellement de mieux percevoir leur potentiel, ou la façon dont on les utilise. Si vous débutez, néanmoins, je vous invite fortement à lire les notes d’avertissement en fin d’article pour vous informer des précautions d’usage.

 

Qu’est-ce qu’une huile essentielle?

Les huiles essentielles sont des substances naturelles utilisées en aromathérapie. Les molécules qui constituent une huile essentielle s’évaporent plus ou moins rapidement pour se déplacer dans l’air. Une huile essentielle est composée de 50 à 300 principes actifs.

 

Pourquoi utiliser des huiles essentielles ?

Dans la même lignée que l’homéopathie, ce soin par la nature est efficace surtout pour les bobos du quotidien, bien entendu, elles ne remplaceront pas un traitement spécifique pour des maladies importantes. Chaque huile essentielle à des vertus et en fonction de ce que l’on utilise, on peut avoir des résultats vraiment bluffants.

C’est une alternative, un coup de pouce naturel, pratique et économique quand il est utilisé à bon escient, qui permet par exemple de faire face aux tracas quotidiens, aux baisses de tonus, de moral, ou encore aux infections hivernales classiques.

 

Comment les utiliser ?

Il y a plusieurs façons de s’en servir. Je vais donc tenter de vous éclairer à ce sujet car en effet, il existe des huiles essentielles sous plusieurs formats et savoir comment les utiliser n’est pas toujours évident ! En fait c’est très simple ! Il faut garder à l’idée que peu importe la façon dont vous les utiliserez le but est toujours de les faire rentrer dans votre organisme. Ce sont les moyens de le faire qui varient, et les dosages ou dilutions préalables qui du coup changent aussi, mais au final, que vous l’utilisez en stick ou dans le bain, l’huile que vous aurez choisi aura le même effet.

 

ATTENTION : je rappelle que les huiles essentielles doivent être manipulées avec précaution.

– Sur la peau : Une fois appliquées sur la peau elles vont entrer dans votre organisme. Elles sont récupérées par la micro-circulation et seront ensuite distribuées dans tout le corps. Il ne faut donc pas en mettre beaucoup d’un coup 1 goutte sur chaque poignet par exemple. Vous pouvez également les diluer dans une huile végétale de base type huile d’amande douce, de jojoba … On peut tout à fait faire ses propres roll-ons par exemple. Pour ce qui est des quantités référez-vous à des sites spécialisés ou posez toujours la question à un professionnel compétent.

– En inhalation : 3 à 5 gouttes dans un grand bol d’eau très chaude ! Ce principe est un classique, les huiles essentielles seront une option naturelle lors d’infections ORL par exemple !

– En diffuseur (par voie respiratoire) : Lorsqu’elles sont diffusées de cette façon, des particules sont rejetées dans l’air et inhalées, elles pénètrent ensuite dans notre corps et finissent par rejoindre notre système sanguin. Il faut donc choisir un diffuseur de bonne qualité, évitez ceux à piles et préférer des électriques, et évitez ceux qui sont “chauffants” car ils ont tendances à dénaturer les huiles. La durée de diffusion ne doit pas excéder 15 min mais peut être répétée toutes les 3 à 4 heures selon les besoins.

– Au flacon (ou stick inhalateur) : Vous pouvez respirer 3 à 4 fois pas plus directement au flacon (sans vous coller dessus quand même) ou utiliser des sticks inhalateurs.

– Dans le bain : Il faut également utiliser un diluant au préalable car verser quelques gouttes ne permettra pas aux huiles de se disperser et donc d’agir efficacement. On trouve ces diluants dans le commerce (Disper, Solubol, Labrafil ..) Il faudra donc suivre les recommandations et diluer les huiles avant de les mettre dans l’eau chaude du bain.

Premier rappel (voir également l’AVERTISSEMENT en fin d’article) : Comme tout produit concentré, elles sont fortement déconseillées aux femmes enceintes, aux mamans qui allaitent, aux enfants de moins de 6 ans (certaines huiles, moins fortement concentrées sont cependant autorisées, mais dans ce cas là, il faut faire quand même attention à ce qu’on achète), elles sont aussi fortement déconseillées si on a de nombreuses allergies ou par exemple un asthme important. En gros, il ne faut pas être dans un état de santé vulnérable car leur forte concentration pourrait avoir des effets néfastes surtout si les huiles sont mal utilisées.

 

Allez, petit tour de mes 12 favoris à avoir dans son placard

 

Lavande vraie

C’est l’huile à tout faire. Antiseptique, antibactérienne, antifongique, mais aussi apaisante pour le système nerveux, régénératrice pour la peau, antispasmodique, anti-inflammatoire et anti-douleur en local, elle peut s’appliquer pure sur la peau (sauf sur une plaie ouverte), diluée dans un peu d’huile, ou respirée par inhalation. On peut en masser une goutte sur une brûlure, un bouton, une irritation cutanée, une piqure d’insecte, une gencive inflammée (petit endormissement de la zone !), une mycose, un muscle endolori, un ventre capricieux, un piercing infecté (c’est assez miraculeux), sur les tempes en cas de maux de tête… Et bien d’autres choses encore ! Très douce et bien tolérée, on peut l’utiliser même pendant la grossesse, et sur des enfants dès 6 mois.

Tea tree (ou manuka)

Antibactérienne majeure à large spectre, antivirale, antifongique (très efficace notamment sur le candida), antiparasitaire, antiseptique, anti-inflammatoire et stimulante, c’est l’huile indispensable pour toutes les petites infections. Bien qu’elle puisse être un peu asséchante, elle est très bien tolérée sur la peau, même pure, et convient aux enfants à partir de 3 ans, ainsi qu’aux 3-4 derniers mois de grossesse. À vous de voir si vous avez besoin de la diluer ou pas selon votre sensibilité – c’est indispensable en revanche sur les muqueuses. On peut aussi l’utiliser en inhalation ou en massage sur la poitrine, dans de l’huile végétale, pour les infections respiratoires. Elle est également très utile pour les produits d’hygiène faits maison grâce à son action désinfectante.

Ravintsara

Autre grand indispensable familial, la ravintsara est une antivirale et microbicide exceptionnelle, ainsi qu’une immunostimulante, donc utile pour prévenir une infection en cas de contact avec des personnes malades, ou pour la contrer lorsqu’elle est déjà installée. Très bien tolérée dès 6 mois et même pendant la grossesse, on peut l’appliquer sur la peau (nez, gorge…), plus ou moins diluée, la diffuser, l’inhaler, ou avaler une goutte ponctuellement sur un peu de miel. Elle est également bénéfique pour les peaux à problèmes, qu’elle assainit.

Menthe poivrée (attention, délicate à doser ou manipuler)

Grâce à son pouvoir réfrigérant (effet frais garanti), ainsi que ses propriétés anti-inflammatoires, antalgiques et anesthésiques très puissantes, l’HE de menthe poivrée est utile en cas de douleurs localisées: maux de tête, chocs sans plaie ouverte, piqûres d’insectes… Attention, elle est TRÈS puissante donc il faut y aller avec parcimonie: 1 goutte suffit, appliquée localement, et de préférence diluée dans de l’huile végétale. Bactéricide et fongicide, elle est aussi très efficace sur les boutons d’acné, à condition d’en appliquer très peu (une trace) pour ne pas irriter la peau, et le plus loin possible des yeux (sinon, ça picote et ça pleure !). Enfin, c’est un décongestionnant digestif et un anti-nauséeux: en cas de digestion lourde, versez 1 goutte dans un verre d’eau, et buvez, ou déposez simplement une trace sur la langue. Il est très important de manipuler cette HE avec précaution: pas de grandes étendues (risques d’hypothermie), pas de surdosage, pas d’usage prolongé, et surtout pas d’utilisation sur des femmes enceintes ou des enfants de moins de 6 ans.

Citron

C’est l’alliée des digestions difficiles, grâce à ses propriétés dépuratives, stimulantes et régulatrices pour le foie: on verse 1 goutte dans un grand verre d’eau. Elle est aussi un bon antiseptique, bactéricide et antiviral, parfaite pour les infections respiratoires ou les problèmes de peau, mais aussi pour les produits ménagers maison, ainsi qu’un tonique pour le système immunitaire et l’organisme en général. On peut également, bien sûr, l’utiliser en cuisine pour parfumer un plat ou un gâteau. Attention néanmoins: elle est très photosensibilisante, je ne vous conseille donc pas de l’appliquer sur votre peau avant le soir. Les peaux sensibles auront besoin de la diluer, car elle peut être légèrement irritante. Ne pas l’utiliser pendant le début de la grossesse, ou sur un enfant de moins de 12 mois.

Basilic tropical (attention, délicate à doser ou manipuler)

Cette HE soulage les maux de ventre, qu’il s’agisse de crampes d’estomac ou intestinales, de ballonnements, de nausées ou de douleurs menstruelles. Pour cela, on la dilue dans un peu d’huile végétale, et on masse la zone affectée. Côté bien-être, c’est aussi une huile revigorante et stimulante, à respirer. Attention néanmoins: cette HE est très puissante et dermocaustique, il ne faut jamais l’utiliser pure ou la surdoser. À éviter pendant la grossesse et chez les enfants avant 6 ans.

Citronnelle

Très connue pour éloigner les insectes en été (effet décuplé avec de la lavande et du géranium), cette HE est également un anti-inflammatoire puissant, très efficace en massage sur les tempes en cas de maux de tête, ou sur les articulations douloureuses. Attention à bien la diluer dans un peu d’huile, car elle peut irriter la peau. C’est aussi un désodorisant et bon antiseptique aérien, que l’on peut diffuser pour assainir l’atmosphère. À éviter chez la femme enceinte et chez l’enfant de moins de 8 ans.

Eucalytus radié

C’est la meilleure alliée en cas d’infections respiratoires, grâce à son action anti-infectieuse, antiseptique aérienne, décongestionnante, expectorante et immunostimulante. On l’utilise en inhalation, en diffusion pour assainir l’air, ou en massage sur la poitrine dans un peu d’huile végétale. À partir de 3 ans, et pas avant 5 mois de grossesse.

Gauthérie couchée

C’est l’huile essentielle de toutes les douleurs inflammatoires (rhumatismes, tendinite, torticolis…) et musculaires (crampes, courbatures, fatigue). À proscrire chez la femme enceinte et chez l’enfant de moins de 6 ans, ainsi que , par prudence, les personnes allergiques à l’aspirine, car elle contient du salicylate de méthyle naturel.

Camomille romaine

Cette huile est également bien tolérée sur la peau, à partir de 12 mois. Elle agit d’une part sur le stress et la tension, avec une action apaisante et sédative puissante, dont on peut bénéficier par exemple en la massant sur le plexus solaire ou en la respirant. D’autre part, c’est l’amie des peaux irritées, puisqu’elle calme les démangeaisons, les inflammations, et possède des propriétés antalgiques.

Neroli

Précieuse et onéreuse, l’huile essentielle de néroli est un petit trésor, autant pour son parfum de pure fleur d’oranger, que pour ses propriétés sur le système nerveux. Elle est à la fois apaisante, relaxante, et sédative, mais aussi anti-dépresseur et tonique. On peut l’utiliser en massage sur le plexus solaire, toujours diluée, ou en inhalation, même chez les bébés et les femmes enceintes.

Petit grain Bigarade (comme fleur oranger)

Aux personnes anxieuses et stressées, le petit grain apporte sérénité et relaxation, grâce à ses puissantes propriétés régulatrices sur le système nerveux, son action sédative, et sa capacité à détendre les muscles. Elle peut s’appliquer en massage, diluée dans un peu d’huile, ou être diffusée, respirée. C’est aussi l’amie des peaux grasses, qu’elle cicatrise et rééquilibre. Très bien tolérée, elle peut s’utiliser même sur les enfants dès trois mois, ainsi qu’en fin de grossesse.

 

***

 

J’y reviendra dans un autre post, mais en ce qui concerne la beauté, j’ai toujours un flacon de Rose de Damas (l’une des plus rares et des plus précieuses qui a des propriétés énergétiques, stimulantes et aphrodisiaques, en sus de faire une belle peau. Je l’utilise dans mon rituel visage). J’ai également un flacon de Genévrier et un de Cèdre de l’Atlas pour luter contre la cellulite (je vous en parlais déjà par ici).

 

Où se fournir ?

Onatera, aroma zone, l’atelier des plantes et les choisir 100% naturelles et pures voire bio.

Avant de vous en re servir, vérifier impérativement la date de péremption car les HE ont une durée de vie.

 

Vous souhaitez aller plus loin ?

Livres : je vais vous conseiller celui que je préfère « Ma Bible des huiles essentielles » disponible la Fnac, Amazon et Nature et Découverte. Il est au prix de 23€.

Sur smatphone : l’application du Guide de l’Aromathérapie est gratuite sur Androïd ou IOS.

Le site internet La Compagnie des Sens est également un bon support.

Il existe également des ateliers dans certaines villes. Renseignez-vous près de chez vous !

 

*Avertissements*

Les dosages et utilisations présentés ici ont été vérifiés via plusieurs sources et proviennent souvent de mon expérience personnelle. Néanmoins, je vous les propose surtout à titre indicatif et introductif: si vous souhaitez vous lancer dans l’aromathérapie, il est important que vous vous informiez par vous-même pour manipuler les essences sans risque. N’hésitez pas à acquérir un guide spécialisé comme Ma Bible des Huiles Essentielles, que je possède et qui est très bien pour la vie de tous les jours, ou, sur internet, à croiser vos sources.

Certaines personnes très réactives ne supportent pas les huiles essentielles, ou peuvent être allergiques à certains de leurs composants. Si vous n’êtes pas sûrs de votre tolérance vis à vis de ces produits, veillez à effectuer des petits tests d’abord, en évitant toujours les zones de peau les plus sensibles et les muqueuses. Si vous avez la peau très sensible, pensez aussi à toujours bien diluer vos HE dans de l’huile végétale.

N’utilisez jamais d’HE sur une femme enceinte ou un enfant en bas âge sans vous être informé auprès de sources sérieuses pour voir si celles-ci leur sont adaptées, le mieux étant de demander conseil à un aromathérapeute. Dans le doute, abstenez-vous.

Enfin, l’utilisation des huiles essentielles ne vous dispense bien sûr en aucun cas de consulter un médecin si vos symptômes vous semblent persistants, excessifs ou anormaux. Certains des désagréments décrits dans cet article peuvent être signes d’une pathologie nécessitant un suivi médical.

 

Belle journée !

***

Utilisez-vous des huiles essentielles ? Si oui, lesquelles?
Si vous souhaitez vous y mettre, est-ce que cet article vous a été utile ?

 

You Might Also Like...

No Comments

Leave a Reply